Le manga et le comics

Mangas et comics font l’objet aujourd’hui d’un engouement sans précédent auprès des lecteurs hexagonaux, accompagnant l’engouement du grand public pour la bande dessinée en général. En France les chiffres de vente en librairie et de prêts en bibliothèques de ces catégories sont en progression constante ces dernières années.

La Bibliothèque départementale a choisi de mettre l’accent sur les productions asiatiques et américaines au sein de sa collection de Bandes Dessinées adulte. Ce focus vous propose des coups de cœur et découvertes présents dans les récentes acquisitions, dans chacune de ces deux grands genres dont les frontières stylistiques ne cessent d’évoluer et les limites thématiques d’être repoussées.
 

Image coupée en deux. A gauche une page de comics book. A droite une page de manga.

Le Manga

Issu d’une très ancienne tradition nippone d’expression picturale, le manga trouve sa forme actuelle à la fin du 19e siècle et s’imposera grâce à la diversité des sujets abordés, à la spécialisation des styles adaptés à des publics de plus en plus ciblés et à sa forme feuilletonesque qui se traduit parfois par des séries au (très) long cours comme le célèbre One Piece (publié à partir de 1997 et qui a dépassé les 100 tomes parus en 2021 !).
Entré dans la culture populaire française par le biais des séries d’animations télévisées au tournant des années 70-80, les adaptations en dessins animés des mangas à succès au Japon séduisent en France d’abord un public jeune qui, le mercredi après-midi ou le soir en rentrant de l’école, découvre Goldorak (UFO Robo Grendizer), Albator (Harlock) ou Candy Candy (Kyandi Kyandi), pour ne citer que les plus célèbres…
Aujourd’hui, la France est devenue le second pays consommateur de mangas après le Japon et la diversité de l’offre présente dans les librairies en France est de plus en plus large avec un délai de parution de plus en plus réduit par rapport aux sorties nippones.

Il en existe pour tous les publics : 

  • Kodomo pour un public jeune (moins de 10 ans), quel que soit son sexe.
  • Shōnen pour un public masculin jeune, de 8 à 18 ans. 
  • Shōjo pour un public féminin jeune, de 8 à 18 ans.
  • Seinen pour un public masculin adulte, 16 ans et plus.
  • Josei pour un public féminin adulte, 16 ans et plus.
  • Seijin pour un public adulte, 18 ans et plus.

Et dans tous les genres, en voici quelques exemples (source Wikipédia) : 

  • Gekiga : manga dramatique des années 1960-70.
  • Hentai : manga pornographique. Le terme Ecchi est parfois utilisé pour les mangas érotiques.
  • Mahō shōjo : sous-genre de la fantasy, centré sur des jeunes filles pratiquant la magie.
  • Mecha : sous-genre de la science-fiction, centré sur le combat de robots géants.
  • Nekketsu : terme souvent confondu avec shōnen, ce genre a été l'effigie scénaristique des mangas en Occident jusqu'au début des années 2010. 
  • Yaoi : manga centré sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre hommes.
  • Yuri : manga centré sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre femmes.
  • Etc…

Dans les bacs du secteur adulte de la BDA vous trouverez donc  principalement les catégories Seinen, Josei et Seijin. On notera que d’autres productions asiatiques s’ajoutent aux productions nippones, notamment les BD coréennes (Manhwa) et chinoises (Manhua) avec moins de succès auprès du public français mais avec des styles, genres et thématiques logiquement différents des japonais (et avec un sens de lecture conforme à celui occidental), ce qui ajoute, pour notre bonheur, de la diversité à nos lectures !

Vous découvrirez en bas de cette page quelques propositions de lectures autour des récentes acquisitions faites par la BDA. Ne vous laissez pas décourager par le sens de lecture traditionnel japonais (de droite à gauche, renversant la mise en page du livre : on commence la lecture par la fin du livre…) de plus en plus adopté par les éditeurs français, on s’y fait très rapidement…

Et si ce focus a su aiguiser votre curiosité, n’hésitez pas à vous inscrire à la formation proposée par la BDA qui vous permettra de mieux connaître le genre et vous donnera des pistes pour le valoriser dans  votre bibliothèque : 

(Inscription avant le 24 septembre 2021)
 

Le comics

Le comics américain partage avec le manga son origine populaire et sa diffusion auprès d’un large public par le biais des publications feuilletonesques en série. Ici aussi, chacun trouvera son bonheur, des jeunes lecteurs fans des super-héros de Marvel et de DC Comics aux lecteurs adultes les plus avertis, amateurs des productions underground qui à partir des années 60 seront l’une des composantes principales de la contre-culture et l’un des socles de la culture pop dans le monde occidental.

De fait, les thématiques abordées dans ces publications vont des super-héros aux genres horrifiques en passant par la science-fiction, le polar, la chronique sociale, l’autofiction et bien sûr la satire et l’humour, origine anglaise du terme « comic » dont l’acception s’est élargie à l’ensemble de la production de bandes dessinées américaines.

C’est surtout à partir des années 70 et 80 que le genre fait une percée sur le territoire hexagonal, tout d’abord par l’humour (Marcel Gotlib, créateur de la revue Fluide Glacial, avouait avoir été fortement inspiré par la revue américaine MAD), ensuite, avec les publications des éditions Lug (Strange, Titans, Nova…) qui ont su séduire les adolescents français dès la fin des années 70 en publiant les aventures de Spiderman, de Daredevil, d’Iron-Man, des Quatre Fantastiques, des Vengeurs et des X-mens et de leurs nombreux avatars croisant leurs vastes univers pour composer au fil des années un monde tentaculaire et complexe.

Aujourd’hui tous les genres de la production américaine sont édités en France influençant immanquablement la production locale, notamment avec l’émergence au début des années 2000 de maisons d’édition indépendantes portées par des collectifs d’artistes, comme l’Association, revisitant la bande dessinée de genre ou faisant la part belle à l’autofiction et au roman graphique.