Accueil
Accueil

Coups de coeur

Une histoire de rencontre, celle de Winona l’indienne et Adso l’esclave sicilien d’un chef viking, qui ne se comprennent pas mais apprennent à se découvrir, mise en perspective avec la rencontre, imaginée par Fred Bernard et François Roca, des Vikings et des Iroquois. On découvre ainsi deux peuples où la place des femmes, valeureuses guerrières, vaut tout autant que celle des hommes. Deux peuples si éloignés et pourtant si proches, comme une ode à la tolérance.

 

Marie-Laure
 


Après une crise de violence dont il ne se souvient plus très bien, Daniele se réveille, interné dans un hôpital psychiatrique. Il n’a que vingt ans et devra rester une semaine dans une chambre occupée par d’autres patients. Plus âgés, marqués par la maladie mentale, ceux-ci le terrifient, mais au fil des jours Daniele trouvera près d’eux un réconfort inattendu.

Ce roman autobiographique, sans concession pour l’institution, nous présente des personnages très attachants.

Un beau texte humaniste, une ode à la solidarité et à la tolérance.

 


Quel magnifique album sur la relation d’un tout-petit avec sa maman !  

C’est le tout-petit qui prend la parole. Il parle de sa maman, du corps de sa maman qui représente pour lui un monde, son monde. Un monde familier et rassurant où chaque partie du corps est décrit par des images et des métaphores : les pieds sont des animaux marins, les genoux un fauteuil, les jambes des piliers, les seins des gobelets, les poils des insectes, la bouche une grotte et le ventre un oreiller et un tambour ! 


De Paris à Kobé, en passant par l’Angleterre et la Dordogne, l’auteur nous emporte dans une enquête haletante aux multiples rebondissements avec en arrière-plan une tradition japonaise associée au deuil et des secrets de famille. L’écriture est mature et précise, le duo improbable mais crédible, le style fluide et agréable.

Un thriller jeunesse en deux tomes, à partir de 10 ans.

 

Amélie
 


Ça groove avec Krakauer !

Figure du renouveau klezmer*, David Krakauer s'allie à un melting pot(es) de musiciens multiculturels (Afrique, Iran, Canada...) et associe les instruments traditionnels et électriques.

Il nous dit « Le monde est si triste, il est de la responsabilité des artistes de lui apporter de la joie » et le prouve en revisitant des danses traditionnelles, polka (Tchéquie), danse carrée (Québec) ou hora (Balkans) aux rythmes électro et à sa clarinette hurlante.


Nous revoilà à Kingsbridge (pour celles et ceux qui ont lu la saga Les piliers de la Terre), à la fin du 18e siècle, époque de tous les changements parfaitement décrits par l’auteur, que ce soit d’un point de vue social, industriel ou géopolitique.

Comme à son habitude, Ken Follett nous livre ici les destins de personnages auxquels on s’attache vite, ou que l’on déteste tout aussi vite, dans une Europe qui s’embrase.


C’est la 2ème aventure de Bouille la grenouille ! 


Au moment d’aller se coucher, Bouille se demande affolée : « où est mon doudou ? ». Elle cherche dans toute la maison, de la cave au grenier : sous-sol, salle de bains (que c’est drôle !), cuisine, dehors dans la mare, etc, l’occasion de faire des bêtises ! Son père qui la suit de près constate les dégâts… Une aventure qui se termine par un clin d’œil aux adultes… une histoire de portable…


Rémi Courgeon nous raconte un souvenir d’enfance qui se passe au bord de la mer, sous immense amie, dans la baie du Mont Saint Michel. Lorsque Martin Lechanteur, vieil homme solitaire, maigre et taiseux, pêche, il est suivi par une volée de mouettes. Pourquoi ? C’est le frère de Martin qui révélera son secret à l’auteur devenu adulte. 


Cet album nous plonge dans une ambiance un peu mélancolique et énigmatique où le suspense du dompteur de mouettes nous tient en haleine. L’écriture, littéraire et poétique, contribue à créer cette ambiance. 


Un album multicolore qui aborde de manière ludique la confrontation entre l’enfance, innocente, et l’âge adulte, plein de responsabilités et de devoirs. Nena fait le vœu de prendre la place d’une petite fourmi, espérant ainsi échapper à l’école le lundi. Mais la vie de la petite fourmi est-elle vraiment plus agréable et facile que celle de la petite fille ? Est-ce que la petite fourmi saura – t-elle apprécier vraiment la vie d’une petite fille ?    

 

Marie-Laure
 


Paul Fournel, cycliste et auteur oulipien nous fait entrer au cœur du peloton, dans La grande épreuve du tour de France qui est en elle-même un feuilleton. Le peloton est une société, ou chacun joue sa partition.

Dans ces nouvelles, l’auteur nous offre une galerie de portraits de champions et d’anonymes imaginaires, dont on suit les stratégies, les efforts, les chutes, les solidarités et parfois le succès. Des petits textes ciselés et fluides, pour une aventure sur la route du tour…