Le coq et l'enfant

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

Le coq et l'enfant – Le passageur T.1
Mel Andoryss
Lynks éditions, 2018

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée.

Du jour au lendemain, Matéo hérite d’un pouvoir normalement réservé aux femmes dans la communauté des gens du voyage. Ce pouvoir, il s’en passerait bien mais s’il refuse de répondre aux cris du trushal odji, s’il ne parvient pas à le faire traverser à temps, c’est la folie qui l’attend. Avec l’aide d’un mystérieux fantôme, il va donc devoir jouer son rôle de Passageur et rejoindre l’âme errante dans un Paris en flamme, en plein cœur de la Commune.

Dans ce roman, Mel Andoryss alterne entre la réalité d’un adolescent aux prises avec les préjugés contre les gens du voyage et une véritable plongée au cœur de l’Histoire. Et en toile de fond l’urgence de comprendre un fantôme et de maitriser un pouvoir qu’on ne désire pas. Un premier tome plus que prometteur !

NB : le tome 2 - Le Journal et le Serpent  - est déjà disponible !

Pauline

Expansion

heart-2806721_640.jpgALBUM JEUNESSE

Expansion
Sandrine Nugue
Le Signe éditons

Dans ce coffret, deux livres orange ! Attention pas le même orange, tous les détails ont leur importance. Le orange plus foncé part d’un petit rond blanc, un petit pois, qui à la page suivante devient plus gros et donc un nez rouge, puis une orange, un ballon etc… le rond blanc ne cesse d’augmenter à chaque page jusqu’à l’envahir. Le second livre commence par un petit pois dans une assiette puis un vinyle, etc…

Sandrine Nugue est designer graphique et créatrice de caractères, ce premier livre pour enfants est le début d’une série d’éditions intitulée « Figures » et édité par Le Signe, Centre National de Graphisme de Chaumont. « Il s’agit d’une réflexion sur l’interprétation du signe en tant que forme géométrique. L’idée est de comprendre comment une forme simple, un rond, une ligne, peut révéler une intention, dans une lecture poétique. »

N’hésitez pas à aller visiter son site internet : sandrinenugue.com pour découvrir ce que je qualifierais d’alphabet illustré ou le A est un arrosoir, le O un ours, c’est juste magnifique !

Nelly

Maternité secrète

maternite_secrete.pngDVD DOCUMENTAIRE ADULTE

Maternité secrète
Sophie Bredier
Alter ego production

Ce film documentaire réussit la prouesse de traiter de façon très poétique un sujet tragique : celui des filles-mères et des abandons de bébés nés sous X.

Conçu comme un huis-clos, le film nous entraîne à la découverte du château de Bénouville dans le Calvados qui abrita une maternité et une maison maternelle de la fin des années 20 au milieu des années 80. Nous déambulons dans ces grandes pièces vides et dans le parc attenant, en compagnie  de femmes qui y ont travaillé, accouché, ou qui y sont nées. Ces frêles silhouettes  glissent dans les couloirs ou les escaliers tels des fantômes, en chantonnant des berceuses.

Elles redécouvrent les lieux avec beaucoup d’émotion, partageant leurs souvenirs face caméra. La réalisatrice laisse s’installer des silences inconfortables, obligeant les protagonistes à poursuivre encore plus loin l’introspection. Quelques hommes travaillaient là aussi, et leur parole n’est pas plus facile. Les plans serrés ne cachent rien de la gêne ou de la douleur : les visages se crispent, les yeux se mouillent. On devine des destins tragiques, de lourds secrets, mais également de la colère devant l’hypocrisie de la société…

Née en Corée du Sud et adoptée par un couple français, Sophie Bredier a développé son travail autour de thèmes comme la perte, la filiation, l’abandon ou le statut des femmes. 

Violaine

Les racines de la colère

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE ADULTE

Les racines de la colère
Vincent Jarousseau
Les Arènes, 2019

Vincent Jarousseau, photojournaliste, a suivi pendant deux ans  la vie de huit familles de Denain.  Cette ville, qui fut prospère, est aujourd’hui  l’une des villes les plus pauvres de France. L’auteur a choisi de présenter la réalité de leur vie quotidienne au plus près. Par le travail du photographe, le lecteur  est invité dans les familles, voit leur intérieur, leur rue, rencontre leurs proches. Leurs paroles  sont restituées dans des bulles.

La forme de ce livre, qui est bien celle du roman-photo, est à la fois très réaliste et dynamise  la lecture. Ce documentaire montre (sans démontrer) la situation, les difficultés, les réussites et les stratégies obligées d’une partie des classes populaires.

Publié par Les Arènes en 2019, ce projet a d’abord été un reportage réalisé pour le Forum Vies Mobiles,  interrogeant l’injonction qui nous est faite à nous déplacer toujours plus, injonction paradoxale pour les plus pauvres.

Le travail photographique de Vincent Jarousseau est précédé d’une courte bande dessinée d’Eddy Vaccaro, qui retrace la vie d’avant, celle du Denain des années 70-80 et des luttes sociales. Un ouvrage original et un travail documentaire très  intéressant sur une réalité rarement montrée avec autant de précision.

Patricia

Amimots

heart-2806721_640.jpgALBUM JEUNESSE

Amimots
ALIS, Raphaële Enjary & Olivier Philiponneau
Albin Michel jeunesse, 2019

Amimots est la reprise dans la collection Trapèze d’un titre de la micro-édition, Animots chez 3oeil. Ce livre à système, joueur et plein de malice, met en valeur une police de caractère inventée par la compagnie ALIS, la Police coupable. Celle-ci propose des caractères découpés en deux horizontalement de telle sorte que les lettres puissent s’emboîter les unes dans les autres, permettant un jeu de transformation du mot à la levée du flap. Ces combinaisons typographiques jouant sur les similitudes entre les mots s’accompagnent d’illustrations aux formes graphiquement concises, en bichromie, vert fluo et bleu roi, de toute beauté ! Les animaux se transforment eux aussi comme par magie, grâce au flap : la cigale en diable, l’ours en djinn, la belette en cerbère…

 

L’ambiguïté des mots se double de celle des illustrations pour le plus grand plaisir du petit lecteur, mais aussi du grand lecteur qui l’accompagne. On en sort tous ébahi !

Caroline

À la ligne : feuillets d'usine

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

À la ligne : feuillets d'usine
Joseph Pontus
La table ronde, 2019

À la ligne est le premier roman de Joseph Ponthus. C'est l'histoire d'un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs bretons. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c'est qu'il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d'Apollinaire et les chansons de Trenet. C'est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok, l'odeur de la mer.

De mon point de vue, A la ligne est un magnifique roman de la rentrée littéraire. C’est pour l’instant mon préféré. En effet, il est remarquable tant par le fond que par la forme : un pur chef d’œuvre.

Sur le fond, ce livre cherche à casser des codes manichéens de notre société. Il rend un très bel hommage à l’ouvrier du monde moderne, victime de la précarité. Il montre un héros enfermé dans son quotidien ayant trouvé une échappatoire : la littérature.  Il nous montre la vie sur une partition de musique endiablé, remplie d’images et de vie.

Sur la forme, l’auteur est impressionnant. A l’image de nos auteurs classiques, il maîtrise les codes du langage et les détourne. Comme sur une partition, il dépeint son quotidien avec un vocabulaire à l’image de l’oralité de Céline et avec ce bouleversement des structures digne des grands surréalistes.

Au moment des questions sur la pénibilité du travail, il s’adresse à tous les actifs du monde du travail et aux retraités.  

Alexandra

Ta mission : devenir super photographe !

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE JEUNESSE

Ta mission : devenir super photographe !
Henry Carroll
Pyramid, 2019

Henry Carroll, photographe, nous prodigue dans cet ouvrage ses conseils, facilement applicables, pour réaliser de belles photos très pro !

20 « missions » sont proposées, chacune amenant le jeune photographe en herbe à aiguiser son regard et à développer sa créativité. A partir du cliché d’un maître de la photo, on cogite tour à tour sur le point de vue, le rôle de la couleur, l’ombre et la lumière, la mise en scène… On ne copie pas mais on s’inspire ! Prendre une photo au ras du sol, détourner l’attention de son sujet, raconter une histoire en une image, jouer avec les formes… : de nombreuses pistes à explorer, qu’on dispose d’un appareil photo ou d’un smartphone. La partie technique est présente mais réduite à l’essentiel, l’ouvrage insiste beaucoup plus sur les différents aspects créatifs de la photographie.

L’auteur interpelle directement le lecteur, le ton est incitatif et encourageant, la démarche est ludique… Un documentaire de terrain, très réussi !

Caroline

Vivre sur l'eau : bateaux, cabanes et autres maisons flottantes

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE ADULTE

Vivre sur l'eau : bateaux, cabanes et autres maisons flottantes
Alisa Kotmair
EPA éditions, 2019

L’automne vous rend nostalgique de la période estivale ?

Ce livre est fait pour vous.

De la péniche au radeau en rondins, du village flottant au spa flottant, de la boutique sur l’eau au jardin partagé sur péniche à New York, autant de lieux, autant d’ambiances, magnifiés par de magnifiques photographies en couleur.

Vous découvrirez des idées foisonnantes d’architectes du monde. Vous pourrez opter pour le charme désuet du rustique, pour le décor cocoon bohême, ou pour de confortables espaces élégamment agencés. Toutes les propositions ont trait à une préoccupation écologique, tant de la part des habitants que des architectes.

Alors, si vous souhaitez allier écologie et dépaysement insolite, plongez et rêvez !

Écotopia

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

Écotopia
Ernest Callenbach
Rue de l'échiquier, 2018

Trois Etats de la côte ouest des États-Unis - la Californie, l'Oregon et l'État de Washington - décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale, baptisée Écotopia. Vingt ans après, l'heure est à la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays. Pour la première fois, l'Écotopia ouvre ses frontières à un journaliste américain.

 Difficile de croire après la lecture de cette uchronie qu’elle fut écrite et éditée en 1975, tant l’histoire de ce journaliste à la solde des faucons de la Maison Blanche, en immersion dans un monde où règne « l’ordre » libertaire et écologique, résonne de façon prophétique presque 45 ans plus tard ! Traversant un monde fantasmagorique et séduisant, le personnage principal va petit à petit abandonner toutes ses certitudes, quitter toutes ses idées préconçues, se défaire de son formatage, bref déposer l’armure. Car Écotopia est contée au lecteur comme un véritable catalogue des innovations, souhaitables pour la plupart, dans nos sociétés actuelles ; on aperçoit, pêle-mêle, des pistes de solutions possibles aux problématiques du genre, de l’écologie, de l’économie, de la violence, du partage des richesses, du rapport à la nature, du sens du travail et finalement, allons-y carrément, du sens de la vie. Au-delà de l’aspect un peu « baba-lénifiant » il brille dans ce livre une lueur d’espoir. C’est encore loin Ecotopia ?

La lecture d’Écotopia peut évoquer une vieille chanson de Michel Fugain accompagné de son Big Bazar, datée de 1972, qui s’intitulait Notre société, se mettre tout l’album serait peut-être de la gourmandise…

Cyrille

Aussi loin que la lune

aussi-loin-que-la-lune.jpgDOCUMENTAIRE JEUNESSE

Aussi loin que la lune
Sylvain Levey
Éditions théâtrales, 2019

Dans ce recueil choral composé de vingt-deux pièces très courtes, Sylvain Levey nous fait entendre des parcours de vie marqués par l’exil, des histoires de départs, de rencontres, de hasards et aussi de conflits, de guerres, de bombardements ou de harcèlement : de tout ce qui fait peur, qui fait fuir.

A l’origine de ces micro-récits, un premier texte écrit suite à la lecture d’un article de Rue 21 qui raconte le parcours d’Abdul, jeune Afghan, jusqu’à Paris, aussi loin que la lune. Suivront d’autres récits, fictionnels, ayant tous comme propos la migration : celui d’un homme âgé qui quitte son domicile pour la maison de retraite, celui d’une jeune bretonne partie à la capitale chercher du travail dans les années 70, celui d’un escargot qui prend le risque de traverser l’autoroute pour plus de verdure, et même le conte des Trois petits cochons revisité… A plusieurs reprises, dans différents textes, le lecteur croise à nouveau Abdul.

Cet assemblage de parcours, d’une grande cohérence, évoque l’abandon, l’empathie, le rejet, la résistance face aux bouleversements d’aujourd’hui, réchauffement climatique, dictature, crise économique… Il évoque au final les vertus du métissage contre le repli identitaire.

L’écriture de Sylvain Levey est d’une grande beauté, d’une grande intensité poétique. La forme courte des textes se prêtent à la lecture à voix haute. Comme des petites chroniques, ces pièces favorisent la réflexion.

Un recueil à partager, nécessaire et vivifiant !

Caroline

Bouquetin

heart-2806721_640.jpgDVD DOCUMENTAIRE ADULTE

Bouquetin
Claude Andrieux
Films documentaires.com, 2017

Eric Vannard est garde moniteur au Parc National des Ecrins. Sa mission est de surveiller et protéger cet animal emblématique du massif. En le suivant sur les quatre saisons, nous allons à la découverte de ce véritable seigneur des cimes, dans son royaume de roche et d’alpage.

Tout en approchant au plus près les principaux acteurs qui étudient cette espèce, le film tente de répondre à une question de fond : pourquoi protéger la faune sauvage et la biodiversité ?

Les paysages sont véritablement superbes car le bouquetin évolue dans un paysage magnifique : les Alpes sauvages.

Cet animal est une espèce en danger. Réintroduit dans les années 1960 en France, le bouquetin est en effet passé près de l’extinction et ne doit son salut qu’au statu d’animal protégé. C’est là que se dévoile le deuxième intérêt : pourquoi faire vivre une espèce protégée !

Ce reportage, très court, révèle les enjeux à travers la vision du garde moniteur. Ce métier de garde moniteur et de garde-chasse joue un rôle important dans la protection du parc. Que font-ils ? A quoi servent-ils ? La réponse dans le film.

D’ailleurs, le film est un outil médiation, montrant une espèce intégrée dans le cycle de la nature. Elle a une place essentielle, en symbiose avec la faune et la flore.

Facétieux, le bouquetin vous emmène rêver dans les montagnes enneigées.

Alexandra

Si le monde était…

heart-2806721_640.jpg

ALBUM JEUNESSE

Si le monde était…
Joseph Coelho & Allison Colpoys
Père Castor – Flammarion, 2019

Sur la couverture de l’album un duo petite fille, grand père qui se regarde. Dans ce regard on ressent de l’amour, de la joie et beaucoup d’émotion, le ton est donné. Nos deux héros vont partager des moments agréables au fil des saisons. Des jeux, des promenades, des histoires, et le début d’une transmission de souvenirs. Le jeu des Si n’empêchera pas le temps de passer…

Des couleurs, des rires, des sourires rendent cet album gai malgré l’amorce de l’absence, du vide, du manque de Grand-père. Le trait d’Allison Colpoys est doux, apaisant et très joyeux, tout en finesse et en délicatesse elle nous immerge dans cette magnifique famille d’origine indienne. Beaucoup d’intensité ressort des visages.

Le texte de Joseph Coelho pose des mots justes sur les souvenirs, les souhaits et ce de manière très poétique (normal puisqu’il est auteur de poésie et de théâtre !).

Un joli duo d’artistes pour un bel album !

Nelly.