L'hôpital des dinosaures

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE JEUNESSE

L'hôpital des dinosaures
Hye-Won Kyung
Versant Sud, 2020

Hye-Won Kyung est une auteure coréenne fascinée par les dinosaures. Elle a réalisé plusieurs livres sur le sujet mais L’hôpital des dinosaures est le premier traduit en français.

Entre album et documentaire, nous suivons dans ce récit différents dinosaures venus à l’hôpital pour une consultation médicale. Chacun son problème : le stégosaure souffre de lenteur et est indisposé par les plaques qu’il a sur le dos, le diplodocus a un torticolis… Chacun leur tour, ils sont reçus par le médecin à qui ils exposent leur cas d’une façon très psychosomatique, donnant lieu à la rédaction d’une fiche médicale contenant les caractéristiques et les symptômes du patient. L’assistante du docteur, une poule (descendante en droite ligne des dinosaures !), nous donne ensuite des explications mettant en avant le pourquoi des particularités de chaque dinosaure avec son mode de vie.

Une lecture des plus agréables ! Le dessin aux teintes légères et plein de finesse est rempli de charme. Il met en scène des animaux anthropomorphés sans nuire aux sérieux des informations délivrées. Le texte prend des formes variées, dialogues ou fiches de renseignement.

Une lecture facile, l’occasion très drôle d’en apprendre un peu plus sur les différentes espèces de dinosaures. Comme quoi, même sur une thématique aussi rebattue, la littérature jeunesse sait rester inventive !

Caroline

En quête d'Azalée

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

En quête d'Azalée
Jacques Pimpaneau
Philippe Picquier, 2020

Azalée fut une peintre libre et extravagante de la seconde moitié du XIè siècle sous la dynastie chinoise des Song.

En sinologue érudit, Jacques Pimpaneau restitue avec délicatesse un portrait aux multiples facettes de la vie pas toujours simple d’une femme artiste dans cette société très codifiée et à la morale rigoureuse.

La belle Azalée était un esprit « trop » libre pour l’époque. La liberté de ses meurs et son refus d’être enfermée dans un modèle lié à son sexe la rendent intemporelle. Sa détermination, son indépendance et son extrême solitude m’ont touchée. La thématique très romantique de l’artiste maudite est très bien mise en avant.

Jacques Pimpaneau met en scène l’enquête d’un jeune lettré sur la peintre. A travers les carnets de celle-ci, il la découvre et éprouve peu à peu un amour touchant et sincère. C’est un beau cadeau fait à cette dame dans l’espoir qu’elle ne soit pas oubliée et devienne éternelle.

Mais finalement, l’éternité n’est-elle pas de demeurer dans la tête des vivants ?

Alexandra

Le destin de Fausto : une fable en images

heart-2806721_640.jpgALBUM JEUNESSE

Le destin de Fausto : une fable en images
Oliver Jeffers
Kaléidoscope, 2020

Fausto, homme suffisant et autoritaire, décide de faire l'inventaire de ce qui lui appartient. Devant chacun il assène la terrible phrase « Tu es à moi » et tous s'inclinent devant sa sentence : la fleur, le mouton, l'arbre, la montagne et même l'océan. Sauf que Fausto va se prendre à son propre piège : l'océan lui renvoie en écho sa propre réponse "Tu as tort. Tu es à moi" et se jouer de sa bêtise.

La couverture de l’album préfigure déjà le sort de Fausto de par la manière dont le titre est inscrit dans l'illustration. ‌La mise en scène est minimaliste : l''auteur-illustrateur oscille habilement entre un texte court, des pages laissées blanches et des illustrations aux couleurs contrastées (mise en valeur et couleurs de la colère et l'arrogance de Fausto).

Oliver Jeffers dénonce ici avec une grande force graphique l'avidité de l'homme à vouloir tout posséder et nous rappelle que la nature nous survivra. Et nous invite par là-même à nous remettre en question pour pouvoir changer les choses.

Un album nécessaire à méditer à tout âge.

Laurence

Je suis fille de rage

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

Je suis fille de rage
Jean-Laurent Del Socorro
ActuSF, 2019

À travers une série de portraits de personnages dans les deux camps, Jean-Laurent Del Socorro nous dépeint la plus grande Guerre civile américaine dans son absurdité et sa complexité. Nous marcherons dans les traces d’une fille sudiste engagée chez les nordistes, d’une femme noire affranchie soldat chez les nordistes, d’un général fou suite à des échecs, d’un autre général mauvais tacticien, d’un médecin se réfugiant dans la poésie pour survivre à l’horreur des combats, d’une pirate essayant de se faire de l’argent sur la guerre, d’une affranchie-esclave oeuvrant avec espoir pour la construction d’une colonie, et de Lincoln qui compte ses morts en compagnie de la Mort à l’humour douteux...

Chacun apporte son point de vue sur le conflit, parfois sérieusement, parfois avec humour, et soulève des questionnements encore valables aujourd’hui sur la culture du pays de l’Oncle Sam : quels étaient les réels enjeux de cette guerre ? Quel impact a-t-elle eu sur l’Histoire du pays sur les décennies suivantes ? Quelle place accorde-t-on aux personnes noires, au racisme chez les américains ? comment sont considérées les femmes fortes aux États-Unis? Comment est né le KuKuxKlan ?

Malgré ses 536 pages, le roman se lit plutôt facilement car les chapitres sont courts et alternent entre coupures de journaux, télégrammes d’époque traduits par l’auteur et passages de fiction. Jean-Laurent Del Socorro a l’art de maîtriser son sujet sans tomber dans le documentaire, tout en restant historiquement juste. Une prouesse pour un auteur qui n’est pas historien de formation.

Le roman conviendra autant à ceux qui ne connaissent rien sur la Guerre de Sécession qu’aux adeptes de ce conflit. Il pourra même susciter l’intérêt de lecteurs peu portés sur le thème de la Guerre en général. Car ce n’est pas vraiment de la guerre dont il est question, mais plutôt de notre compréhension du monde et de l’origine de tous les conflits...

Amélie

Lulu et Nelson : Cap sur l'Afrique

heart-2806721_640.jpgBANDE DESSINÉE JEUNESSE

Lulu et Nelson : Cap sur l'Afrique
Charlotte Girard & Jean-Marie Omont
Soleil, 2019

En 2016, Lohita reçoit un courrier de sa grand-mère Lulu, alors que sa famille doit partir de l’Inde pour aller en Italie. Elle déprime à l’idée de quitter la jungle, les éléphants... Lulu veut lui remonter le moral et lui raconte son histoire. Elle a grandi au sein d’un cirque avec une famille de dompteurs de grands félins. Elle lui explique le décès de sa mère (attaquée par un lion) alors qu’elle n’avait que 9 ans. Et son père va insister pour qu’elle aille à l’école.

Mais Lulu, tout ce qu’elle veut, c’est racheter un lion (suite au décès de son lion Cyrus) et va fuguer en Afrique du Sud afin d’en trouver un. On va suivre les aventures de Lulu à travers ce voyage et les amitiés qui vont naitre.

Dans ce premier tome (série prévue en 2 volumes), on a droit à de belles aventures de Lulu qui reste passionnée par les lions (malgré le décès de sa mère). Cet album aborde l’aspect historique (l’Apartheid). Les fans de la série Carnets de Cerise (même illustratrice) apprécieront cet album aux couleurs douces. On attend la suite avec impatience.

Maryline

L'art de ranger ses disques

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE ADULTE

L'art de ranger ses disques
Frédéric Béghin & Philippe Blanchet
Rivages, 2019

En cette période troublée et exceptionnelle, confiné(e) chez vous, vous avez trouvé du temps pour ranger ou ranger différemment votre collection de disques, ou si ce n’est pas encore fait, je vous conseille la lecture de ce petit fascicule de 124 pages de Frédéric Béghin et Philippe Blanchet paru chez Rivages.

L’art de ranger ses disques comme son nom l’indique se veut un manuel un peu didactique, souvent drôle et avec de nombreux témoignages de collectionneurs. Alphabétique, par genre, par chronologie, par humeurs, par fonctions, il existe en réalité quasiment autant de classements qu’il y a de collectionneurs. Le continu des étagères en dit long, tout comme le système de classement sur le mélomane.

 Les auteurs nous prodiguent aussi de précieux conseils sur les meubles de rangements tout fait (d’une enseigne bleu et jeune) ou le sur-mesure, sur les ennemis du disque que ce soit la poussière, la chaleur, les enfants ou les copains et les déménagements (les collectionneurs ont horreur des déménagements !)

À lire donc afin de résoudre ce dilemme qui taraude la vie de tout amateur de musique.

Autour du même sujet je vous conseille aussi la lecture du roman de Nick Hornby Haute fidélité, Plon 1997.

ou/ et le film – tiré du roman – de Stephen Frears High fidelity sortie en 2000 (avec une bande sonore solide comme un rock.)

Vincent

Ensemble les animaux solidaires

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE JEUNESSE

Ensemble les animaux solidaires
Joanna Rzezak
Actes Sud Junior, 2019

De nombreuses espèces animales préfèrent vivre ensemble pour repérer d’éventuels prédateurs, rechercher de la nourriture, trouver un partenaire ou protéger leurs petits.

Cet album documentaire donne quelques exemples de ces animaux solitaires (hardes de gnous, nuées d’étourneaux, colonies de flamands roses…) en expliquant de façon claire et concise leurs secrets d’organisation mis en œuvre pour leur survie.

Le grand format laisse une large part aux illustrations aux tampons qui se déclinent sur la double page.

Un bel album sur le vivre ensemble. À partager !

Laurence

Par le feu

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

Par le feu
Will Hill
Casterman, 2019

Ce livre, classé en young adult, est inspiré par l’histoire vraie de la secte Waco. Il a remporté le prix YA Book Prize 2018.

C’est un roman bouleversant, puissant qui nous plonge dans le monde des sectes. L’histoire est racontée par une adolescente de 17 ans, Moonbeam. « Avant, elle vivait derrière la clôture. Elle n’avait pas le droit de quitter la Base ni de parler à qui que ce soit. Parce que Père John contrôlait tout et qu’il établissait des règles. Lui désobéir pouvait avoir des conséquences terribles. Puis il y a eu les mensonges du Père John. Puis il y a eu le feu… »

C’est un roman plein de suspense et de rebondissements, structuré avec des chapitres AVANT et APRES (l’incendie), qui nous montre l’évolution psychologique de l’adolescente à l’intérieur de la secte et en parallèle son suivi par un médecin à sa sortie pour surmonter le traumatisme (les survivants à l’incendie sont des enfants). Moonbeam doit réapprendre à faire confiance, on ressent beaucoup d’émotions, on est tenu en haleine du début à la fin grâce à cette structure Avant/Après.

Vous pouvez lire ce livre immédiatement en version numérique.

Maryline

La carte des jours

heart-2806721_640.jpgROMAN JEUNESSE

La carte des jours
Ransom Riggs
Bayard jeunesse, 2019

Il s'agit du quatrième volume de Miss Peregrine et les enfants particuliers.

Retour au présent en Floride chez Jacob qui est sur le point de se faire interner par sa propre famille dans un asile psychiatrique. Compliqué pour son père et sa mère de croire qu’il voit les sépulcreux...Heureusement, les pupilles de Miss Peregrine viendront lui prêter main-forte et le voilà reparti pour de nouvelles aventures au pays de l’Oncle Sam.

Dans ce quatrième opus, nos héros s’efforcent de faire le deuil d’Abe Portman mais aussi de s'émanciper de leur préceptrice. Être sous la direction d’une Ombrune n’a pas que des avantages, surtout si vous êtes centenaire comme les particuliers ! Jacob de son côté essaie de sortir de l’ombre de son grand-père. Mais il a beau faire de son mieux, il reste un jeune garçon peu préparé aux dangers qui l’attendent.

Préparez-vous à un road-trip à la rencontre des particuliers américains, beaucoup moins civilisés que les anglais, et surtout très inquiétants avec parfois des scènes à vous glacer le sang. Les plus jeunes trouveront une nouvelle fois l’étendue du talent et de l’imagination de Ransom Riggs. Les plus âgés, noteront une critique en filigrane de l’auteur sur l’Histoire des États-Unis avec l’évocation du racisme, les guerres de gang et de la pauvreté.

Une histoire qui assure la continuité avec le tome précédent, tout en laissant une fin ouverte pour une nouvelle trilogie en Amérique.

Amélie

Examen d'État – National diploma

examen_etat.jpgDVD DOCUMENTAIRE ADULTE

Examen d'État – National Diploma
Dieudo Hamadi
Potemkine, 2015

À Kisangani, République démocratique du Congo, un petit groupe de lycéens se bat, lutte pour pouvoir suivre les cours afin de préparer leur examen d’état, l’équivalent du baccalauréat. Dieudo Hamadi, lui-même originaire de Kisangani, nous offre un véritable film d’aventure semé d’embûches : comment payer la prime du professeur ? où récupérer de l’argent ? où travailler ? dans quelles conditions ? en bénéficiant de l’aide de qui ? sans tricherie, vraiment ?

Des bancs de l’école aux marchés, dans les rues, vous ne pouvez que vous attacher à ces jeunes motivés et pugnaces.

Dieudo Hamadi dresse surtout un portrait catastrophique du système éducatif et des inégalités sociales en république démocratique du Congo, duquel la volonté des étudiants est exemplaire.

Un film multi-primé à découvrir absolument pour entrer et connaître le travail et les autres films du réalisateur.

Audrey

Killing Eve

heart-2806721_640.jpgROMAN ADULTE

Killing Eve
Luke Jennings
Hlab, 2020

D’un côté, il y a Villanelle, tueuse impitoyable et insaisissable qui travaille à la solde des « Douze », organisation mystérieuse. De l’autre, Eve Polastri, agent du MI5, à l’intuition aiguisée comme un rasoir, mais qui est loin d’être une James Bond au féminin.
Les deux femmes vont jouer au chat et à la souris à travers l’Europe, dans une course poursuite qui ne laisse pas une seconde de répit dans la lecture de ces deux premiers tomes.

Pour celles et ceux qui aurait vu la série télévisée tirée de l’œuvre de Luke Jemmings, oubliez-là (même si vous en apprendrez plus sur le passé de Villanelle). L’histoire n’a rien de commun avec celle que vous allez lire (ou presque). Et pour celles et ceux qui ne l’auraient pas vue (mais n’hésitez pas, c’est une très bonne série américano-britannique), c’est l’occasion de découvrir Eve et Villanelle. Au fil des pages, les deux femmes vont tisser des liens et des rapports ambigus l’une avec l’autre qui vont nous questionner sur qui est vraiment la proie : l’espionne qui doit attraper la tueuse ou la tueuse qui doit tuer l’espionne ? Voilà un roman captivant, sans temps mort qu’il sera difficile de lâcher, sauf, bien évidemment, à la dernière page au moment du cliffhanger final. Le troisième tome doit sortir ce mois-ci en Grande-Bretagne. 

Ce roman est disponible en version papier pour le 1er tome et en version numérique pour les tomes 1 et tomes 2.

Stéphane

Le cœur du rouge-gorge

heart-2806721_640.jpgALBUM JEUNESSE

Le cœur du rouge-gorge
Ale + Ale
Albin Michel Jeunesse, 2020

Racontée à la première personne, à l’aide de petits encadrés à la façon d’un film muet, cette histoire toute simple met en scène un rouge-gorge transis d’amour pour une belle colombe. Afin de toucher son cœur, il multiplie les attentions : chanson, billet doux, cadeaux, invitations… Mais la concurrence est rude, et notre héros doute de lui. Chaque tentative semble rater, car un oiseau d’une autre espèce le surpasse et attire les regards de la belle. Plein d’humilité, notre petit rouge-gorge en oublie ses qualités…

ALE + ALE sont Alessandro Lecis et Alessandra Panzeri. Cette dernière est au pinceau, et elle propose dans cet album des illustrations sublimes, réalisées à partir de collages de coupures de vieux journaux. Vaporeuses, dans des tons chauds mettant admirablement en valeur la gorge de notre volatile, ces images dressent des tableaux japonisants de toute beauté.

Une histoire touchante et tendre, qui nous rappelle qu’être amoureux, c’est parfois compliqué, mais qu’on finit toujours par se faire aimer pour ce qu’on est en vrai !

Caroline

Mangées : une histoire des mères lyonnaises

heart-2806721_640.jpgDOCUMENTAIRE ADULTE

Mangées : une histoire des mères lyonnaises
Catherine Simon
Sabine Wespieser, 2018

"Qu'elles aient basculé dans le luxe, façon Brazier, ou soient restées fidèles à une cuisine plus économe, les mères avaient nourri la ville entière. On passait de l'une à l'autre comme on change de chemise, se régalant ici d'une tarte légère à la praline, là d'un saint-marcellin crémeux ou d'une salade de cochonnailles. Souvent du solide, parfois de l'aérien. Toujours des produits frais. Pas de congélateur et quelquefois (chez les anciennes) pas de frigo. Elles formaient à elles seules une famille méconnue, hétéroclite et laborieuse, dessinant une géographie sociale de la ville, déroulant un siècle d'histoire. Elles avaient façonné les quartiers, les avaient bercés, accompagnés."

Ce documentaire (mais est-ce que c’en est un ?) prend la forme d’un roman d’investigation pour nous plonger au cœur d’une des tranches les plus roboratives de l’histoire de la gastronomie française, sur les pentes du vieux Lyon. Dans les cuisines des estancos, bouchons et autres canis de la capitale des Gaules, des années 30 aux années 70 et 80 se sont activés des femmes hors du commun, à qui l’on décernera l’appellation, devenue respectable et prestigieuse, de « Mère ». Ces véritables self made women ont acquis leur réputation à la force du poignet, payant souvent très cher le prix de leur émancipation. D’Eugénie Brazier à Paule Chastaing, de Léa Bidaut à Marie-Thé Mora, elles ont défiés les hommes sur un terrain professionnel qui leur a été longtemps interdit et hostile, jusqu’à décrocher des étoiles… Ce sont ces figures tutélaires de la cuisine au féminin, ou plutôt leurs fantômes auxquels Catherine Simon redonnent vie dans cette enquête journalistique passionnante. Pour ce faire, l’auteur multiplie les trouvailles scénaristiques et stylistiques truffant le récit de délicieux pop-up narratifs et « visuels »  (portraits, paysages, rapports de police, recettes de cuisine, entretiens, carnets de bord, réflexions intimes, effets fantastiques…), qui font de ce texte très documenté une belle déclaration d’amour à une ville et aux femmes qui l’ont inscrite au firmament de la gastronomie mondiale.

Pour en accompagner la lecture, au risque d’un contraste violent (quoique) je vous propose de (ré)écouter Stashooter (l’incontournable album Mode de 1979), groupe punk lyonnais de jadis, cité dans le texte, dont le leader Kent (album La grande illusion de 2017) a conservé dans la voix un je ne sais quoi d’accent rhodanien…

Cyrille

Ressources numériques

menu_inscription.png livres-numeriques.png
menu_livre_audio.png presse-en-ligne.png
musique-en-ligne.png webradios.png
vod_tenk.png
 deambulations.png